encore pas trouvé
exposition (4-26.11), 2022

Présentation

Le Comptoir est heureux de présenter une rétrospective des éditions de Jérôme Poloczek. Chacune tente une stratégie pour contourner les difficultés d’attention et de diffusion. Elles sont virales, invisibles ou grave(s) colorées. C’est un livre à cacher dans un livre. C’est de la littérature sur un billet de banque. C’est un fanzine pour devenir une plante. Ce sont des livres recopiés cent fois à la main, des cartes postales à emporter ou des vies de la taille d’une main. Ce sont des cailloux encore à découvrir. Encore pas trouvés. Ils ont 20 ans.

Depuis 2002, Jérôme Poloczek a édité plusieurs collectifs, dont un autour de Guillaume Dustan (‘Dustan/engagement’, 2004), un autre autour d’une heure qui n’existe pas (‘Jamais’, 2011), un autre autour de l’écriture performative (‘Overwriting’, 2009). Après plusieurs livres personnels entre recherche éditoriale, littéraire et plastique, un premier récit plus classique a été publié en 2017 (‘Autubiographie’). En 2021, ‘Presque poèmes’ a présenté une poésie qui, en performances publiques et vidéos, est transposée en gestes muets. Jérôme Poloczek poursuit également un travail plastique, actuellement centré sur la création d’installations à partager (‘Kits pour lutter pour la joie’, 2018, ‘Annonciation (détail)’, 2021).

Infos

Jérôme Poloczek
’Encore pas trouvé’ : 2002-2022, 20 ans d’éditions un peu cachées
4.11 (vernissage/performance, 18h) - 26.11.2022
Le Comptoir
En Neuvice 20, Liège

Editions

Titre : Un peu caché
Auteur : Jérôme Poloczek
Edition : auto-édition
Année : 2014
Lieu : Montréal
Format : 6 x 4,5 cm
Tirage : sans limite (pdf disponible ici)
ISBN : /
Distribution : auto-distribution
A propos : Une édition de 250 livres au format miniature : chaque exemplaire est destiné à être caché dans un livre. Comme le projet ’Motney’ imprimant des phrases sur des billets de banque, c’est une ’littérature virale’ : ici, le texte s’immisce dans un autre livre et peut être colporté de personne en personne, d’ouvrage en ouvrage. Les premiers exemplaires ont été disséminés lors de l’exposition ’Un peu cachée’ (Montréal, 27.07-28.08.2014) et à la bibliothèque Marc-Favreau (Montréal, 31.07.2014).
NB : Dans une bibliothèque de Montréal, j’ai cherché la dernière nouvelle écrite par Kafka, ’Le terrier’, pour y cacher ce livre qui s’identifie à un animal microscopique.

Titre : Tu es une plante
Auteur : Julie Delporte, Jérôme Poloczek
Edition : auto-édition
Année : 2015
Lieu : Montréal
Format : sérigraphies et livrets (formats uniques)
Tirage : 7 ex. uniques
ISBN : /
Distribution : auto-distribution
A propos : Après ’Tu es un animal’ s’attachant à l’animalité, ’Tu es une plante’ est une seconde collaboration avec Julie Delporte. Ici, les expériences rattachent l’humanité au végétal. Au départ, 2 textes courts :

Avant de te produire, quelque chose a dû s’ouvrir / Tu touches, on te touche, tu es touchée / Tu donnes de la chaleur, tu en cherches / Ton corps tourne avec la lumière / Tu as besoin de boire, tu peux mouiller / T’ouvrir c’est risquer la blessure / Te fermer pourrait te détruire / Parfois, tu veux t’ouvrir pour qu’on entre en toi / Tu ne peux t’accoupler qu’avec l’extérieur / Ta matière n’est pas faite pour toujours / Ce qui sortira de toi ira ailleurs / Ce qui sortira de toi sera toi, différent (Jérôme)

Si je reste longtemps / Au milieu des arbres / Je vais prendre racine / Je ne penserai plus à l’argent / Mes pieds seront dans la terre / Je vais pousser / Il fera froid / Il fera chaud / Oui / Je n’ai plus besoin d’argent / Qu’on m’arrose / Qu’on me donne le soleil (Julie)

Mêlant végétal et sensualité, les illustrations se superposent sur divers supports (carton, papier vierge, papier de récupération, découpages de livre à propos de plantes) pour composer une cinquantaine d’œuvres uniques aux formats divers. Parfois, une ou plusieurs des 24 phrases viennent les ponctuer. Des fragments d’impression ont aussi été rassemblé dans 6 livrets, chacuns uniques et composés de manière en partie aléatoire.
NB : Ce projet a été inauguré en présence de plantes en pot sur une table d’Expozine, le salon des petits éditeurs, bandes dessinées et fanzines de Montréal.

Titre : Tu es un animal
Auteur : Julie Delporte, Jérôme Poloczek
Edition : auto-édition
Année : 2014
Lieu : Montréal
Format : 7,5 x 7,5 cm
Tirage : 100 ex.
ISBN : /
Distribution : auto-distribution
A propos : ’Tu es un animal’, réalisé avec Julie Delporte, propose 12 phrases à propos d’expériences humaines partagées par des animaux. Chaque phrase est illustrée par un personnage se transformant en animal. Le traitement est en tons directs : un premier jet du personnage, réalisé par Jérôme, est imprimé en bleu. Julie y ajoute des éléments d’animalité imprimés en vert et orange. Chaque couverture est imprimée sur un papier de récupération, créant des surimpressions accidentelles et rendant chaque livret unique.
NB : Un livre pour enfants comme pour adultes, réalisé en 4h au coin d’une table de terrasse.

Titre : Regocijo
Auteurs : Christian Ballieu, Bader Chaoui, Carine Denie, Carmela Gambuzza, Jonathan Gennuso, Frédéric Hellemans, Dimitrios Kiourtsidis, Sébastien Laurent, Marc Luycks, Nella Ortiz (éd. : Jérôme Poloczek)
Edition : C.R.I.T.
Année : 2019
Lieu : Anderlecht
Format : 9,2 x 12 cm
Tirage : 100 ex.
ISBN : /
Distribution : auto-distribution
A propos : 2 livres en un : 10 proses à propos de grâce, 24 poèmes pour 4 saisons. ‘Regocijo’ est issu d’un atelier d’écriture au C.R.I.T., un centre qui ‘offre temporairement un lieu de vie et de soins aux adultes dont l’état de santé mentale ne permet plus une insertion sociale satisfaisante dans leur milieu habituel’. Coordonnés par Jérôme Poloczek à l’invitation de Lucie Lanzini, ces ateliers ont joué de phrases courtes, parfois coupées-collées, pour constituer des textes-images à peine retouchés, comme des flashs vécus soudain retrou- vés. 64 pages risographiées, 100 exemplaires numérotés.
NB : Un extrait : ’Fais attention / Monde / Maintenant c’est trop tard / Délicieusement sucrés / Les ours polaires font leur apparition.’

Titre : A morning after the fog + Gone in spring + Is it too late or is it too soon ? + I’d like to be a chair
Auteur : Jérôme Poloczek
Edition : auto-édition
Année : 2016
Lieu : Bruxelles
Format : 13,5 x 9,5 cm
Tirage : 4 x 70 ex.
ISBN : /
Distribution : auto-distribution
A propos : Des textes presque comme des chansons. Des dessins presque comme quand on avait le droit. De dessiner sans savoir. Des poèmes dessinés. Presque comme des livres pour enfants. Presque. Ces 4 livrets de 32 pages, risographiés en 2 couleurs, ont été composés entre l’hiver 2015 et l’automne 2016 : c’est un ’journal en 4 saisons’ inauguré lors de de l’exposition ’So the living danced in green’ (galerie 10/12, Bruxelles, 19-23.10.2016). Tandis que des boîtes de bois dispersées dans le lieu présentaient les livrets, s’ajoutaient 4 objets a priori absurdes : un tissu vert, un chou-fleur, une table verte et bleue démantibulée et des cailloux, morceaux du mont Fuji. A la lecture des livrets, on comprenait que chacun de ces objets était issu de l’une des 4 histoires risographiées.
NB : La 2e histoire, ’Gone in spring’, rend hommage à l’illustratrice My Altegrim décédée lors de l’attentat au métro Maalbeek (22.03.2016) - sa table, 3 jours plus tôt, cotoyait la mienne au salon de micro-éditions ’Small is beautiful’ (Point Culture, Bruxelles).

Titre : S’il est entre les poumons c’est qu’il doit être au cœur + Pourquoi faire quelque chose plutôt que rien + Sur le couteau + Parmi les youyous + Autubiographie + Après un rêve + Monsieur est revenu + Oui #1 #2 #3 + Comment la poupée de porcelaine vainquit les figurines + La moto sert à foncer dans le mur + Les fantômes ne s’expulsent pas nous sommes partout + Mes yeux sont dans la forêt et la forêt est dans mes yeux + C’est très bien sans histoire + Le père de la mariée et la mère du marié au mariage
Auteur : Jérôme Poloczek
Edition : auto-édition
Année : 2010
Lieu : Bruxelles
Format : 10,5 x 7,5 cm
Tirage : 14 x 50 ex.
ISBN : /
Distribution : auto-distribution
A propos : Des éditions miniatures conçues pour être photocopiées aussi rapidement que possible, à bas coût. Et pour que des textes courts puissent tenir seuls (au-delà d’un recueil les rassemblant artificiellement, adapté à l’économie de l’édition classique). Les livrets ont aussi été réalisés à l’occasion de la dernière édition du ’marché Beaubeau’, une organisation qui durant 5 ans a réuni des centaines de micro-producteurs dans des lieux publics. ’Beaubeau’ (Bruxelles, 2005-11) se moquait de la ’boboisation’ et promouvait l’auto-distribution dans des lieux excluant de plus en plus une économie locale et manuelle (mots, images, sons, textiles). Les événements incluaient aussi des performances, concerts, expositions et lectures, notamment dans un lieu miniature, la ’BeauHaus’ (2008-11).
NB : ’Les fantômes ne s’expulsent pas nous sommes partout’ raconte comment j’ai déposé sur un banc les chaussures de mon grand-père, quasi neuves mais pas à ma taille, et attendu qu’un passant les prenne.

Titre : Portrait
Auteur : Jérôme Poloczek
Edition : auto-édition
Année : 2016
Lieu : Bruxelles
Format : 15 x 10,5 cm
Tirage : 500 ex.
ISBN : /
Distribution : auto-distribution
A propos : Le 24 mai 2014, un attentat a eu lieu au Musée juif de Belgique. 4 personnes sont décédées. 2 ans plus tard, le musée a invité 100 artistes à finaliser des œuvres sur place, dans les lieux vidés avant d’être reconstruits. J’ai tiré une édition de cartes postales qui proposait de garder la trace de 250 personnes passant dans les lieux le dimanche 22 mai 2016. Complété, chaque exemplaire de ’Portrait’ porte la tension entre une impression industrielle (reproductible) et une trace manuelle (unique).
NB : Si vous complétez la cible, merci d’utiliser un outil dont le trait a la même épaisseur que celle des cercles.

Titre : Presque poèmes
Auteur : Jérôme Poloczek
Edition : Tétras Lyre
Année : 2021
Lieu : Liège
Format : 14 x 10,5 cm
Tirage : 500 ex.
ISBN : 978-2-930685-59-5
Distribution : Esperluète
A propos : Chaque jour, même la nuit, du réel surgit. On ne l’attendait pas, même s’il revient parfois. Un singe vole votre savon. Ou vous vous souvenez que vous tournez avec la Terre. Quand ça surgit, on peut s’exercer à le tracer vite, avec peu de gestes sur le papier. Les presque poèmes s’approchent de ritournelles. Etonnement, concision, tension entre petitesse et grandeur, observations dérisoires, sinon désespérées, cruauté parfois. Chaque texte est un caillou à peine donné, à peine trouvé. Il y en a 99.
NB : En exergue, un texte court de Lydia Davis décrit une mouche dans un bus, ’minuscule passagère illégale’ en route vers Boston.

Titre : Moos #1 : Il n’est pas toujours nécessaire d’être ivre pour que le monde soit peu sûr + Moos #2 : Plus de costumes pour personne + Moos #3 : La fin du monde, hélas, n’est pas la solution à tout + Moos #4 : On est comme elle, toujours en mouvement, vivant
Auteur : Edith Azam + Bert + Frederic Bourgeois + David Deboudt + Charly Delwart + Lise Duclaux + Renée Gagnon + Joanna Hellgren + Grégory Joncret + Jérôme Mauche + Xabi Molia + Adrienne Nizet + Sophie Palisse + Bertrand Pérignon + Jérôme Poloczek + Bertrand Laverdure + Nicolas Robel + Alain Robinet + Carl Roosens + Virginie Thirion + Vincent Tholomé
Edition : Brugger (éd. : Bertrand Pérignon, Jérôme Poloczek)
Année : 2009-11
Lieu : Bruxelles
Format : 15,5 x 11 cm
Tirage : 4 x 70 ex.
ISBN : /
Distribution : auto-distribution
A propos : Un projet des éditions Brugger réalisé avec Bertrand Pérignon et Sophie Palisse : 4 auteurs écrivent un texte court au départ de la même phrase et un dessinateur l’illustre. De numéro en numéro, chaque auteur intègre aussi une phrase d’un texte précédent. Ainsi, des ’hyperliens analogiques’ se tissent entre les contributions. A l’origine de ’Moos’, il y a 2 interrogations : d’un côté, la distribution et la visibilité d’un livre sont de plus en plus précaires ; d’un autre côté, le format numérique offre des fonctionnalités impossibles au format papier. Bref : numérique ou pas numérique ? Deux réponses : fignoler un objet qui ne pourrait pas exister sans papier (une couverture au vernis sérigraphié, une mise en page faite de transparences, un pliage et une reliure à la main) ; proposer aussi un projet numérique monstrueux permettant, à chaque lecture, un nouveau voyage entre les textes, les phrases et les auteurs.
NB : La première phrase du projet, ’Il n’est pas toujours nécessaire d’être ivre pour que le monde soit peu sûr’, est un hommage à Robert Musil et son personnage Moosbrugger, dont le crime brouille la raison : sa folie peut-elle être coupable ?

Titre : Trames : Patsy + Trames : Jason + Trames : Michel + Trames : Marie-Thérèse + Trames : Josine + Trames : Paulette + Trames : Marc + Trames : Clinou + Trames : Farra + Trames : Mozet
Auteur : Jérôme Poloczek, Tessa Poncelet (éd.)
Edition : Trames
Année : 2012-21
Lieu : Bruxelles, Montréal
Format : 15 x 10,5 cm
Tirage : 10 x 100 ex.
ISBN : bientôt
Distribution : auto-distribution
A propos : ’Trames’, c’est de l’oralité, un objet de transmission et des livres-portraits. Au départ, la conviction que chacun vit des aventures. Des terres inconnues, des reliefs intérieurs, ou même ce qu’on appelle le quotidien. Des événements en apparence banals pourtant chargés de sens et d’émotion. Certaines personnes s’exprimeront plus librement au départ d’une question appelant un souvenir, d’autres en évoquant une sensation, d’autres encore en se souvenant d’une chanson ou en commentant une image. Il ne s’agit pas de créer une cohérence artificielle : des souvenirs, des expressions de goût, des désirs, des images et des réflexions se croisent et se superposent comme des trames. Ainsi, l’univers de chaque personne peut être lu. Pas comme on retrace une biographie, plutôt comme on esquisse un paysage. Au terme d’un travail de recueil de parole, Trames propose un livre de la taille d’une main. Tirés à 100 exemplaires, les livres pouvaient être donnés à des amis ou des proches. Comme autant de cadeaux ou de témoignages.
NB : L’un des derniers livres, ’Paulette’, a recueilli la parole d’une femme de Gilly, décédée 4 ans plus tard à l’âge de 101 ans.

Titre : Autubiographie
Auteur : Jérôme Poloczek
Edition : L’Arbre à Parole (coll. If)
Année : 2018
Lieu : Amay
Format : 20 x 12 cm, 84 p.
Tirage : 500 ex.
ISBN : 978-2-87406-664-1
Distribution : Maison de la Poésie d’Amay, Librairie Wallonie-Bruxelles
A propos : C’est une littérature de l’observation : face au vieillissement, à un corps qu’on désire, à la digestion ou une épreuve inattendue. Ce n’est pas dire ’Je est un autre’, chercher la transformation ou l’illumination. Ce sont des phrases simples et en ce sens, c’est politique : parier que nos troubles ne sont pas si différents, que les écrire brefs, concis, précis, est une affaire sérieuse, parmi le bruit. Une affaire qui fait rire aussi, parce que ce n’est pas normal, être ordinaire.
NB : En exergue, une phrase du livre ’Autoportrait’ d’Edouard Levé : ’Décrire précisément ma vie me prendrait plus de temps que la vivre.’

Titre : Motney
Auteur : Véronique Béland, Antoine Boute, Daniel Canty, David Christoffel, Charly Delwart, Sebastian Dicenaire, Frédéric Dumond, Jochen Gerner, Martin Gosset, Fred Griot, Georges Hassoméris, Ignatus, Bertrand Laverdure, Pascal Leclercq, Xabi Molia, Charles Pennequin, Bertrand Pérignon, Jérôme Poloczek, Marc-Antoine K. Phaneuf, Thierry Rat, Alain Robinet, Les Sabines, Tomas Sidoli, Julien Sirjacq, Virginie Thirion, Vincent Tholomé
Edition : auto-édition
Année : 2010
Lieu : Bruxelles
Format : billets de banque
Tirage : sans limite
ISBN : /
Distribution : auto-distribution
A propos : ’Motney’ était une expérience de ’littérature virale’ sérigraphiée en direct, lors d’événements où les éditions Brugger étaient présentes. 1. 26 auteurs contemporains écrivent une phrase destinée à être imprimée sur un billet de banque ; 2. Ces phrases sont imprimées gratuitement, en sérigraphie et à l’encre rouge, sur les billets des passants ; 3. Au terme de l’échange, soit le passant garde le billet – qui sort du circuit financier – ; soit ce passant remet le billet en circulation – lui donnant ainsi de nouveaux lecteurs.
NB : Pour le projet, le plasticien Jochen Gerner a proposé la phrase ’L’expérience sérigraphique fut très vite interrompue par la police’.

Titre : Ca marchera + Ca va déborder + Continuer de + Etre en cours + Il est croyant
Auteur : Jérôme Poloczek
Edition : Midis de la Poésie
Année : 2017
Lieu : Bruxelles
Format : 14 x 13,5 cm
Tirage : 5 x 100 ex., 5 x 28 p.
ISBN : 978-2-87406-659-7 + 978-2-87406-658-0 + 978-2-87406-662-7 + 978-2-87406-660-3 + 978-2-87406-661-0
Distribution : Midis de la Poésie
A propos : En 2016-17, les Midis de la Poésie ont investi différents lieux bruxellois pour proposer des événements poétiques en soirée. J’avais carte blanche pour en capter des traces et réaliser un projet inédit. S’y dessinent des bribes de poésie contemporaine, un langage de livre pour enfant pour adulte et un catalogue partiel des manières de présenter la poésie en public. Le 9 juin 2017, de 17h à 19h à la Bellone, ces 5 livrets ont été révélés. L’occasion d’une expérience singulière : à quel point un livre imprimé peut-il produire des objets uniques ? Imaginons une page en noir et blanc sur laquelle un élément coloré manque. Imaginons rassembler 20 personnes qui, chacune, ajouteront cet élément coloré. Chaque geste, plus ou moins tremblé, plus ou moins large, sera différent. Pourtant peu à peu, un tirage a été finalisé ensemble. Dans chaque volume, des participants ont ajouté au crayon ces éléments de couleur. Ainsi, les questions de production d’un livre rejoignent la possibilité de rendre singulier un signe abstrait. Comme le geste d’un danseur investit personnellement une composition chorégraphique. Ou comme la couleur d’un enfant, face à une affiche en noir et blanc, laisse des traces sauvages de crayon.
NB : L’un des livrets décrit la joie de la vue, sous l’événement littéraire auquel j’assistais, d’une salle de tango - les corps y dansaient sans mots.

Titre : Tu te souviens de ton visage quand tu n’allais plus être enfant ?
Auteur : Jérôme Poloczek
Edition : auto-édition
Année : 2015
Lieu : Montréal
Format : 18 x 13,5 cm
Tirage : 40 ex.
ISBN : /
Distribution : auto-distribution
A propos : Ce livre a été réalisé en 24h, les 12 et 13 octobre 2015 à Montréal, en compagnie de Vincent Giard, Sébastien Trahan et Julie Delporte, face à 3 images : l’une d’un adolescent, l’autre d’un réseau électrique, la troisième d’un paysage gravé. L’ensemble est structuré en 3 parties : se souvenir du moment de transition entre l’enfance et l’adolescence, rencontrer une personne à 15 ans, conserver cette rencontre comme un talisman.
NB : Les 3 phrases qui ont émergé des 24h sont ’Tu n’avais/as/auras pas à être une autre personne que celle que tu étais/es/seras’.

Titre : Une pièce relevant de l’art religieux
Auteur : Jérôme Poloczek
Edition : auto-édition
Année : 2012
Lieu : Bruxelles
Format : 30 cartes postales
Tirage : 30 ex. uniques
ISBN : /
Distribution : 29/30 ex. ont été emportés
A propos : ’Une pièce relevant de l’art religieux’ proposait une exposition à emporter par les visiteurs. Le projet a été réalisé lors de la soirée de présentation du livre ’Jamais’ des éditions Brugger (La Bellone, Bruxelles, 23.03.2012 avec Benoît Grimalt, Sylvain Chauveau, Antonin De Bemels, Stephan Balleux, Emmanuel Adely, Frederic Dumond, Pascal Leclercq, Micahel Vandebril et Nicolas Bouyssi). D’abord une phrase par auteur, évoquant la religion, avait été extraite du livre ’Jamais’. Ensuite ces phrases avaient été sérigraphiées à l’encre vermillon sur des cartes postales (1910-60) rappelant la couverture de ’Jamais’ : des pics naturels comme une montagne, ou artificiels comme une cathédrale. Enfin lors de l’exposition, de gauche à droite, les cartes permettaient une lecture évoquant une expérience mystique : Une pièce relevant de l’art religieux // Vue de la fenêtre de ma chambre / Les contours d’un corps appliqué contre la surface transparente / Sainte Claudine a dormi sans avoir conscience de la position de ses jambes / Elle est pour ainsi dire vierge / Il y a des ombres qui s’agitent / Dans l’ouvert invisible / Le crucifix imprègne toute la montagne / Nommé maudit, l’ami que j’avais / Je ne veux pas d’un deuxième dieu / Je suis intéressé par la noirceur / Je devine ce que personne, jamais, ne saura voir / Sans aucune limite / c’est en tout lieu / à chaque instant / Balnibarbi / Le meilleur endroit pour perdre quoi que ce soit / Le craquant d’une homélie / Cela, ’moi’, se craquelle / Vertige du dehors fluide qui fuit / Entonnons d’une seule voix le chant de la purification / Rue des Filles-du-calvaire / Prises dans le noir / Une heure qui n’existerait pas / Je dansais ! / Jamais je n’aurais cru m’entourer d’autant de vie / Cette nuit connaît tant de pères et mères / Nous sommes impérissables / La vérité cessera de me faire peur / Je sais qu’on m’attend, dans une défroque noire entortillée / Ne rien chercher de ce qui peut rester / Tu manqueras la fin du monde
NB : Sur une carte postale des années 1920 montrant un homme et une fillette sur les dunes, regardant la mer, figurait cette phrase : ’Le meilleur endroit pour perdre quoi que ce soit’.

Titre : Jamais
Auteurs : Emmanuel Adely, Robert Amutio, Stephan Balleux (couverture et collaboration graphique), David Bessis, Bonhomme Daniel, Frederic Bourgeois, Antoine Boute, Nicolas Bouyssi, Véronique Daine, Charly Delwart, Rémy Disdero, Frederic Dumond, Tristan Garcia, Benoît Grimalt, Pierre Guéry, Hôtel Rustique, Jacques Josse, Caroline Lamarche, Jean-Michel Leclercq, Pascal Leclercq, Kathleen Lor, Mathieu Magerotte, Xabi Molia, Jean-Pierre Ostende, Bertrand Pérignon, Jérôme Poloczek, Frédéric Saenen, Vincent Tholomé, Jean-Philippe Toussaint, Claudine Vachon, Michaël Vandebril, Romain Verger
Edition : Brugger (éd. : Frederic Bourgeois, Bertrand Pérignon, Jérôme Poloczek ; mise en page : Jérôme Poloczek)
Année : 2011
Lieu : Bruxelles
Format : 14,5 x 11 cm
Tirage : 500 ex.
ISBN : 978-2-9601084-0-8
Distribution : Maison de la Poésie d’Amay, Librairie Wallonie-Bruxelles
A propos : ’Jamais’ est le deuxième collectif des éditions Brugger (2010-13). Il réunit 30 auteurs qui ont écrit durant une heure qui n’existe pas officiellement : dans la nuit du 26 au 27 mars 2011, entre 2 et 3h (tandis qu’à 3h, en raison du passage à l’heure d’été, il était déjà officiellement 4h). Par ailleurs, ces solitudes ont créé avec dans leur environnement immédiat la même carte postale d’une peinture inédite de Stephan Balleux. Peinture qui vient en couverture du collectif.
NB : La couverture du livre est un miroir : ni prix, ni code-barre, ni résumé ne dissocient le recto du verso. A l’intérieur aussi, chaque page est divisée en deux. Ainsi le livre est réversible comme une heure qui en vaut deux.

Titre : Dix rituels
Auteur : Jérôme Poloczek
Edition : auto-édition
Année : 2017
Lieu : Bruxelles
Format : 21 x 14,5 cm
Tirage : 10 ex.
ISBN : /
Distribution : GNF gallery
A propos : ’Dix rituels’ a été réalisé avec le relieur Tatsuya Inuikawa pour l’exposition ’Kits pour lutter pour la joie’ (GNF Gallery, Bruxelles, 2017). Il présente les 10 rituels de l’exposition proposés au visiteur. A partir de dispositifs simples, le visiteur s’empare d’objet ordinaires et réalise des actions pourtant troublantes. Cette œuvre s’inscrit dans le prolongement de celles qui refusent de ramener l’art à la fabrication d’objets précieux. Elle tend au contraire à souligner que l’art constitue avant tout un point de rencontre entre des subjectivités. Dans l’exposition, chacun des 10 exemplaires du livre était ouvert à une page différente, devant les objets réappropriables par les visiteurs.
NB : ’Devenir un autre’ propose par exemple d’ingérer un morceau d’être humain en mangeant un bonbon contenant un bout de son cheveu.

Titre : Deux
Auteur : Jérôme Poloczek
Edition : auto-édition
Année : 2017
Lieu : Bruxelles
Format : 15 x 10,5 cm
Tirage : 500 ex.
ISBN : /
Distribution : auto-distribution
A propos : Une personne prend une photographie du ciel au-dessus d’elle et l’envoie à une autre personne. La seconde personne place ce ciel dans le ciel au-dessus d’elle. Elle prend à son tour une photographie. Un ciel est intégré dans un ciel issu d’un autre temps et d’un autre espace. Entre les deux images, une certaine durée, une certaine distance, et une relation entre deux êtres humains. Cette carte postale a été réalisée avec Titaya Sararit entre Bruxelles et Bangkok pour l’exposition ’Kits pour lutter pour la joie’ (GNF Gallery, Bruxelles, 2017). Les visiteurs pouvaient librement emporter la carte.
NB : A l’origine de ce projet, la découverte d’une photographie de ciel dans un marché aux puces, alors qu’une connection manquée vers le Japon avait libéré un jour à Istanbul. J’avais ensuite photographié ce ciel d’Istanbul dans le ciel de Tokyo.

Titre : Wim
Auteur : Jérôme Poloczek
Edition : auto-édition
Année : 2015
Lieu : Bruxelles
Format : 15 x 10,5 cm
Tirage : 500 ex.
ISBN : /
Distribution : auto-distribution
A propos : Wim Taciturn réalisait des collages. Je ne l’ai jamais rencontré. Il habitait à Bruxelles, 37 avenue de la Charité, au 1er étage du bâtiment D. En 2014 il est décédé en France. Le 15 novembre j’ai emménagé dans son ancien appartement. Sur le plancher j’ai trouvé cette seule trace : un coquillage de papier découpé. Le 23 mai 2015, je l’ai emmenée à la mer. Wim a été là, elle est allée là-bas. Devenue carte postale, cette trace peut continuer à voyager. ’Wim’ s’inscrit dans la filiation du mail art : l’envoi de la carte postale fait partie intégrante de l’œuvre, qui est à la fois un hommage à une personne disparue et une manière de poursuivre sa dissémination.
NB : Une histoire vraie : après la description du projet en direct à Radio Campus (Bruxelles), dans un bar de la place du Jeu de Balle, je me suis installé pour prendre un café et j’aii senti une tape sur mon genou. J’ai baissé les yeux et vu un papier sous la table. Dessus, écrite à la main et pliée, figurait la biographie de Guillaume le Taciturne, prince du 16e siècle dont Wim avait adopté le surnom.

Titre : Overwriting
Auteurs : Emmanuel Adely, Nikola Akileus, Joël Baqué, Ariane Bart, Stephane Berard, Jérome Bertin, Antoine Boute, Antoine Bréa, Mathieu Brosseau, Lucille Calmel, Eric Clemens, Rachel Defay-Liautard, Philippe De Jonckheere, Thierry Derclaye, Louise Desbrusses, Sebastian Dicenaire, Frédéric Dumont, Hélène Frappat, Jochen Gerner, Martin Gosset, Gotfried Groll, Georges Hassomeris, A.C. Hello, Mylène Lauzon, Pascal Leclercq, Raya Lindberg, Patrik Ourednik, Charles Pennequin & Cécile Richard, Jérôme Poloczek, Kris Martin, Lise N, Tomas Sidoli, Jacques Serena, Mathias Richard, Rossano Rosi, Siriltiebo, Gwenaëlle Stubbe, Lucien Suel, John Troubody
Edition : Brugger (éd. : Bertrand Pérignon, Jérôme Poloczek ; mise en page : Jérôme Poloczek)
Année : 2010
Lieu : Bruxelles
Format : 14 x 20 cm, 240 p.
Tirage : 500 ex.
ISBN : 2930356677
Distribution : Les Belles Lettres
A propos : ’Overwriting’ est la première publication des éditions Brugger (2010-13) fondées avec Bertrand Pérignon. ’Overwriting’ part de la proposition suivante : ’l’overwriting est une surécriture narrative qui se révèle par le débordement et l’excès appliqués à un ou à tous les signes constitutifs d’un texte comme la ponctuation, le blanc, la lettre, le mot, la phrase, la ligne, le style, la typographie, etc. Les stratégies de l’overwriting peuvent être le recouvrement, l’effacement, la permutation, la citation, la répétition, la rupture, etc. L’overwriting se déploie dans la sphère narrative mais sa finalité première est de tendre à produire un effet sur le corps du lecteur, pour que chaque lecture, par chaque lecteur, devienne un accomplissement’. Cette proposition théorique farfelue a été mise en forme sous lettre d’invitation par Antoine Boute. 38 écritures de la surabondance y ont répondu, allant de la poésie à la théorie, de la nouvelle aux propositions graphiques. ’Faussement grivois et pleinement grave, l’ensemble, précieusement introduit par l’illustration de Jochen Gerner, témoigne de l’impétuosité d’une part de la littérature et, dans un objet inclassable, invite à pénétrer dans la fête de la grande explosion pornolettriste finale.’
NB : L’intérieur des couvertures du livre réunit l’ensemble de son contenu : tous les textes y sont superposés. Cela fait écho à l’une des contributions : Kris Martin ayant écrit à la main ’La métamorphose’ de Kafka sur une seule page.

Titre : J’ai mis une tête d’agneau dans un jardin et j’ai invité des humains
Auteur : Jérôme Poloczek
Edition : auto-édition
Année : 2016
Lieu : Bruxelles
Format : 21,5 x 15,5 cm
Tirage : 50 ex.
ISBN : /
Distribution : GNF gallery
A propos : Sur rendez-vous, ’J’ai mis une tête d’agneau un jardin et j’ai invité des humains’ a invité 70 humains à observer une tête d’agneau dans un jardin. La tête avait été achetée au marché pour 5 euros. Chaque rencontre a été enregistrée et retranscrite en vue de composer un texte littéraire. Ce livret constitue le début de la première version de ce texte.
NB : En fin de résidence, ce livret a donné lieu à une lecture en forme de cut up, chaque participant pouvant demander la lecture d’un des paragraphes numérotés entre 1 et 100. Ce dispositif de lecture était un hommage à Edouard Levé et à ses lectures publiques du livre ’Œuvres’.

Titre : Quoi maintenant ?
Auteurs : Claro, Thierry Derclaye, Hélène Duffau, Pierre Dulieu, Judith Elbaz, Mathias Enard, Floc’h, Hélène Frappat, Jean-Hubert Gailliot, Jacques Jouet, Xavier Löwenthal, Pascal Matthey, José Parrondo, Pierre La Police, Jérôme Poloczek, Nathalie Quintane, Oliver Rohe, Olivia Rosenthal, Stéphane Rosière, Pierre Senges, Vincent Tholomé, Yoann Van Parijs, Young-Hae Chang Heavy Industries
Edition : écritures/5c (éd. : Jérôme Poloczek, Pierre Dulieu)
Année : 2007
Lieu : Bruxelles
Format : 24 x 16,5 cm, 204 p.
Tirage : 700 ex.
ISBN : 978-2-930356-35-8
Distribution : Les Belles Lettres
A propos : Edité avec Pierre Dulieu à La Cinquième Couche, ’Quoi maintenant ?’ pose la question ’Que va-t-il se passer ?’ à une vingtaine d’écrivains et artistes : ’La question est vieille comme l’homme mais, ritournelle géante dans l’air du temps, elle est devenue une obsession collective et médiatique qui confine à la psychose. 26 réponses, 26 manières de tourner, retourner, éluder ou frapper la question - autant d’interrogations de l’obsession collective et médiatique pour notre avenir : chaque contribution sélectionne un élément de la réalité qui, à l’avenir, pourrait voir son importance croître. Dans une forme de délire et de vaticination, elle pousse ensuite cet élément à bout.’ A propos de la revue ’écritures’ : créée à Liège en 1991 ’écritures’ édita jusque 2007 des collectifs thématiques de littérature. Leur singularité tint dans le dialogue entre les contributions, un soin apporté au graphisme et une ouverture aux plasticiens.
NB : Lors du rendez-vous pour discuter de la couverture, collant un dandy à un hexadécagone, l’illustrateur Floc’h m’a lu à voix haute le manifeste du surréalisme.

Titre : Danger : Dustan/engagement
Auteurs : Alex Barbier, Eric Chevillard, Thomas Clerc, Marie Darrieussecq, Marie Delos, Pierre Dulieu, Guillaume Dustan, Judith Elbaz, Floc’h, Vincent Fortemps, Otto Ganz, Iegor Gran, Cécile Helleu, Xavier Löwenthal, Frederik Peeters, Jérôme Poloczek, Dominique Noguez, Caroline Lamarche, Eric Nonn, Rossano Rosi, Jacques Serena, Jude Stéfan, David Vrydaghs, Artür Yllen, Michel Zumkir
Edition : écritures/5c (éd. : Jérôme Poloczek, Pierre Dulieu)
Année : 2004
Lieu : Bruxelles, Liège
Format : 24 x 16,5 cm, 192 p.
Tirage : 700 ex.
ISBN : 2930402199
Distribution : Les Belles Lettres
A propos : Edité avec Pierre Dulieu à La Cinquième Couche, ’écritures #14 - danger’ se déploie en 2 volets : le premier affirme que Guillaume Dustan est un écrivain avant d’être une perruque vue à la télévision. Le second pose la question : qu’est-ce, pour un écrivain, qu’engager sa vie dans l’écriture, et réciproquement ? Par ailleurs, le cd ’O fantasma’, sous-titré ’Dustan dit et lit’, restitue la voix de Guillaume Dustan autour de lectures de ’(...)’, un texte inédit, et d’entretiens enregistrés et librement mis en création sonore par Jérôme & Nicolas Poloczek. A propos de la revue ’écritures’ : créée à Liège en 1991 ’écritures’ édita jusque 2007 des collectifs thématiques de littérature. Leur singularité tint dans le dialogue entre les contributions, un soin apporté au graphisme et une ouverture aux plasticiens.
NB : Souvenir d’écouter Belle-île-en-Mer avec un verre de whisky lors des enregistrements avec Guillaume Dustan - et de son besoin de s’isoler temporairement, après avoir évoqué des perceptions de goules.

Titre : Nous sommes en colère d’appartenir à ceux qui pensent que la Terre va finir
Auteur : Jérôme Poloczek
Edition : 50° Nord/ESA Tourcoing
Année : 2021
Lieu : Bruxelles, Tourcoing
Format : 25 x 19 cm
Tirage : 100 ex. (tous uniques car complétés à la main)
ISBN : /
Distribution : 50° Nord/ESA Tourcoing/auto-distribution
A propos : Un jour j’ai écrit un texte à propos de colère : la colère ’d’appartenir à ceux qui pensent que la Terre va finir’. J’ai dit ce texte lors d’une soirée, accompagné par un musicien japonais de passage. Mais une inconnue a retrouvé ces phrases sur internet : elle m’a demandé de les joindre au carton de naissance de son enfant. Drôle de destin, pour un texte à propos de colère. Alors le texte s’est transformé en ’livre à colorier’ : au-dessus de chaque phrase, sur chaque page, un dessin a été réalisé à la main. Ainsi les 100 exemplaires deviennent uniques : leur finalisation est due à un geste reproduit imparfaitement, un trait spontané qui est aussi celui d’un copiste – 82 illustrations redessinées 100 fois font en effet 8200 dessins. Le sujet du livre est en effet autant celui de la colère que de la confiance. La confiance dans le fait que des enfants continueront de naître. Cette confiance pose une condition : celle que des gestes manuels, qui ’ne peuvent pas être reproduits à la chaîne’, puissent continuer d’exister. Des gestes comme dessiner.
NB : Ce livre à été offert à Michel, l’enfant du carton de naissance, le 23.09.2021 ; il avait un an.

Titre : Polyominos
Auteur : Matt Broersma, Claude Cadi, Benjamin Chaumaz, Juhyun Choi, Laurent Dandoy, Max de Radiguès, Claude Desmedt, Joseph Falzon, Sacha Goerg, Florent Grouazel, Benoit Guillaume, Andréas Kündig, Cédric Manche, Pascal Matthey, Pierre Maurel, P.E.E.P.S., Tony Papin, Christophe Poot, Carl Roosens, Gaspard Ryelandt
Edition : L’employé du moi (éd. : Cédric Manche, Jérôme Poloczek)
Année : 2007
Lieu : Bruxelles
Format : 21 x 26 cm - 48 p.
Tirage : 1000 ex.
ISBN : 978-2-930360-16-4
Distribution : Belles Lettres
A propos : Edité en moins d’un mois, ’Polyominos’ est le catalogue de l’exposition éponyme conçue avec Cédric Manche pour le volet ’indépendant’ de la 4e ’Quinzaine de la bande dessinée’ (Bruxelles, 2007). Ce recueil réunit 20 auteurs qui se sont prêtés aux mêmes règles : raconter une histoire en une planche de 20 cases muettes et modifier ensuite l’ordre des cases afin de raconter une autre histoire. Les 2 récits se retrouvent dans l’ouvrage.
NB : La couverture fait suite à la visite par Cédric Manche d’une exposition de katagami, pochoirs japonais dont il est difficile de trouver la répétition.

Titre : Les bandits
Auteur : Antonin Crenn, Jérôme Poloczek
Edition : Lunatique
Année : 2017
Lieu : Vitré
Format : 22 x 17 cm - 56 p.
Tirage : 700 ex.
ISBN : 979-1090424869
Distribution : Amalia/Coursier 47
A propos : ’Les bandits’ est un livre jeunesse : Antonin Crenn a écrit un texte autobiographique au départ du souvenir d’un voyage en train vers la mer, dans son enfance. Sans le dire, son père savait qu’il allait mourir. A la demande d’Antonin, j’ai choisi une phrase par page pour la résumer avec des traits aussi rares que possible, au pastel, complétés chaque fois par un caillou. A la fin du livre, les cailloux sont rassemblés et forment un kern. Ou une tombe.
NB : Certains cailloux ont été ramassés et prêtés par Anne Brugni, elle-même auteur d’un livre nommé ’Chemin’ - qui raconte le parcours d’un caillou.